Philippe Kieffer

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Philippe Kieffer, né à Port-au-Prince (Haïti) le 24 octobre1899 et mort le 20 novembre1962 à Cormeilles-en-Parisis (Val d’Oise), est un officier de la Marine nationale française et Compagnon de la Libération. Durant la Seconde Guerre mondiale, il crée et dirige les premiers commandos de marine français, connus sous le nom de Commandos Kieffer.

 

Avant la guerre

Il nait à Haïti d’une famille catholique d’origine alsacienn[e. ]Ses grands-parents sont d’Otterswiller qui, à la suite de la Guerre franco-allemande de 1870 et l’annexion de l’Alsace-Lorraine à l’Empire Allemand, décident d’envoyer leur fils en Jamaïque. Devenu enseignant à Haïti celui-ci épouse une Anglaise. Le couple aura quatre enfants, dont Philippe, né le 24 octobre 1899.

Philippe Kieffer passe ses années de lycée à Jersey. Il poursuit ses études à Paris et est diplômé de l’École des Hautes Etudes Commerciales (HEC). Il commence une carrière professionnelle comme directeur de banque aux États-Unis et au Canada.

 

La Seconde Guerre mondiale

Il est à New York lorsque la guerre s’annonce. Malgré son âge (40 ans), il se présente comme volontaire et officier de réserve et entre dans la marine le 10 septembre1939. Il est affecté au cuirassé Courbet et participe à la bataille de Dunkerque.

Après la défaite de la France, alors jeune enseigne de vaisseau, il répond à l’appel du Général de Gaulle en partant pour le Royaume-Uni dès le 19 juin1940. Il s’engage dans les Forces Navales Françaises Libres le jour de leur création, le 1er juillet1940.

Impressionné par les méthodes des commandos britanniques, il constitue en 1942 la « Troop 1 » des Commandos français avec une vingtaine de volontaires, dans les environs de Portsmouth. En 1943, le 1er Bataillon (1er B.F.M.C) est fort de Trois Troops : la N°1, la N°8 du Capitaine Trepel -qui disparaît au cours d’un raid nocturne- et la Troop d’Appui (K-Guns). C’est au redoutable Centre d’Entraînement Commando d’Achnacarry en Écosse que ces hommes sont formés et reçoivent le fameux béret vert. En mai 1944, quelques semaines avant le Débarquement, ils reçoivent également leur propre insigne (écu de bronze chargé du brick de l’aventure et barré du poignard des commandos avec dans le coin sénestre la croix de Lorraine et souligné d’une banderole portant l’inscription -1er Bon F.M.   Commando ). Ils le portent sur le béret vert « à l’anglaise », c’est-à-dire sur le côté gauche. Le dessin est dû à l’un d’entre eux, le caporal Maurice Chauvet. Appréciant à leur juste valeur les qualités des Français, les Britanniques incorporent le Bataillon au sein du Commando N°4 de la Brigade des Forces Spéciales. Il aura l’honneur suprême de débarquer le premier en France au Jour J.

 

Commandos Kieffer   Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Promu lieutenant puis capitaine de corvette (d’où l’appellation commandant) à la veille du Jour J, Kieffer débarque le 6 juin en Normandie à la tête de ses hommes du 1er bataillon de fusiliers marins, commando fort de deux Troops de combat et d’une 1/2 Troop d’appui (K-Guns). En tout 177 hommes. Ils débarquent sur la plage Sword à Colleville-Montgomery. Malgré des pertes significatives (en tout pour le 6 juin : deux officiers et huit hommes tués + des blessés), ils s’emparent d’une pièce de 50 mm encuvée qui avait mis à mal la péniche LCI 523 (1re Troop), puis de l’ex-Casino de Riva-Bella avant de s’enfoncer dans les terres par Colleville et Saint-Aubin-d’Arquenay pour faire jonction à Pegasus Bridge (Bénouville) avec les Airborne britanniques de la 6e DAP. Ils y arrivent vers 16 h 30. Kieffer est blessé deux fois ce jour-là. Au soir du 6 juin, le 1er B.F.M.C a perdu presque 25 % de ses effectifs. Il occupe alors les lisières du Plain vers 20 h 00.

Le Commando Kieffer est composé de fusiliers marins qui sont, pour la plupart, engagés dans les Forces Navales Françaises Libres (aux côtés des bérets verts britanniques) alors qu’ils se trouvent au Royaume-Uni. Certains rejoignent les FNFL après l’évacuation de Dunkerque, d’autres s’évadent de la France occupée. Enfin un groupe arrive d’Afrique. 40 % de ces fusiliers marins de ce commando sont Bretons. Ils doivent subir le dur entrainement et la sélection impitoyable au Centre Commando d’Achnacarry en Écosse où ils gagnent le droit au port du béret vert mythique.

Au cours de la dure campagne de Normandie, les commandos restent en première ligne (secteur Le Plain – Amfreville) et combattent jusqu’au 27 août1944. Puis le bataillon est recomplété en Grande-Bretagne pour de futures missions. En novembre 1944, le 1er BFMC est débarqué sur l’île de Walcheren en Hollande et s’empare de Flessingue dans le cadre d’une opération alliée avec les commandos britanniques.

Aujourd’hui, trois des cinq commandos marine portent le nom d’un officier du 1er B.F.M.C mort au Champ d’honneur :

Les commandos de marine français actuels ont conservé le béret vert britannique, portés à gauche (seul unité française dans ce cas), le badge venu de leurs Anciens et les fourragères gagnées au cours de bien des actions d’éclat.

 

Après la guerre

La guerre finie, Philippe Kieffer quitte l’armée et est élu conseiller général d’Isigny (Calvados) en septembre 1945 sous l’étiquette France Combattante-MRP. Il en démissionne le 2 juin1946 après son échec aux élections législatives. Il est également conseiller municipal de Grandcamp-les-Bains (Calvados) où il possède une résidence, non loin des lieux du débarquement.

Membre de l’Assemblée consultative en 1945, il participe après la guerre à l’état-major des Forces Interalliées. Il est nommé capitaine de frégate en 1954.

Il est également conseiller sur le film Le jour le plus long en 1962. Atteint d’hémiplégie, il meurt cette même année et est inhumé à Grandcamp-les-Bains.

Son livre de souvenirs, Béret vert, paru en 1948, est un classique du genre.

 

Distinctions et hommages

 

En sa mémoire, un centre de Préparation militaire Marine (PMM) a repris son nom. Originellement spécialisé dans la formation de commandos de marine et fusiliers marins et fermé suite à la suspension du service militaire, cette PMM a repris en 2005.

 

Source : wikipedia.fr

4 réflexions sur “Philippe Kieffer

  1. tres interessant tout ca…c\’est vrai que nous avons un peu tendance a oublier un peu tous ses hommes qui ont fait que nous soyons libre maintenant bonne journee

Une bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s