La Grande Force et la Petite Force

Prison de La Force

A la demande de Louis XVI, l’hôtel du duc de Caumont La Force fut transformé en 1780 par l’architecte Giraud en une maison de détention destinée à remplacer le For-l’Evêque (rue Saint-Germain-l’Auxerrois) ; on l’appela la Grande Force. Elle accueillit ses premiers prisonniers pour dettes en janvier 1782. Le premier bâtiment était un rez-de-chaussée surmonté d’un étage mansardé, accolé à plusieurs bâtiments bas et attenant à des cours parallèles à la rue du Roi-de-Sicile.

Après la fermeture par lettres patentes d’avril 1785 de la prison de Saint-Martin, rue Saint-Martin, la Petite Force fut affectée aux femmes de mauvaise vie et installée en 1792 dans une partie de l’hôtel de Lamoignon, rue Pavée. Elle communiquait avec la Grande Force par le chemin de ronde commun et les égouts. Le portail du bâtiment d’entrée à un niveau était dû à l’architecte Desmaisons.

De 1817 à 1821, l’architecte des prisons du département L. P. Baltard reprit la distribution des deux bâtiments : il aménagea des petites chapelles, des bains, des égouts et des fosses d’aisance. Des devis de travaux furent signés en 1839 par le préfet Rambuteau, mais la décision de destruction fut votée le 10 septembre 1840. La fermeture de la prison de la Force fut effective le 26 mai 1850. La démolition se poursuivit pendant l’année 1851. Des pans de murailles sont toujours visibles à l’arrière des bâtiments de la caserne de pompiers, rue de Sévigné et rue Pavée. L’actuelle rue Mahler traverse l’emplacement des deux prisons.

 

Source

 

Hôtel de Lamoignon

7 réflexions sur “La Grande Force et la Petite Force

  1. Bonsoir Valérie
    Comme toujours très intéressant tes articles
    C’est bien dur ces prisons de femme et a cette époque cela devait être terrible
    Bonne soirée et bonne semaine
    Bisous

  2. Quand je lit ces articles là, ma première pensée va à ces gens qui étaient enfermés dans des conditions épouvantables, personnes ne sortaient indemne de ces endroits.
    Merci pour ce bel article
    Bonne soirée et belle semaine
    bisous

  3. Puisque la Petite Force en piteux état a été détruite, les femmes n’avaient donc plus de prison à moins qu’elles n’aient eu accès à la Grande Force. Quant à cette dernière, vu la hauteur des murs, il devait être difficile de s’en évader à moins de bénéficier de l’aide d’un hélicoptère ou d’une grande échelle et de cordes.
    Merci pour ces informations concernant les prisons du temps passé.
    Bonne semaine.
    Bisous. Guy.

Une bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s