Qui a tué Olof Palme ?

Trublion de la politique internationale, aussi critique à l’égard de la Maison Blanche que du Kremlin, Olof Palme défend avec ardeur la cause du tiers-monde. Alors qu’il occupe la fonction de Premier ministre suédois, il est abattu le 28 février 1986 en plein centre de Stockholm. Vingt-cinq ans d’enquête comportant des irrégularités et des falsifications de documents n’ont pas permis d’élucider le crime et les assassins courent toujours. Les enquêteurs semblent en fait s’accommoder de l’idée d’un tireur isolé sans aucun mobile politique, alors que d’autres pistes sont plausibles mais tabou, notamment celle des forces de police en liaison avec l’extrême droite.

lllllllllllllllllllllllll

Né dans un milieu conservateur en janvier 1927, Olof Palme est diplômé du Kenyon College, Ohio (USA). Il étudie ensuite le droit à l’université de Stockholm d’où il sort diplômé en 1951, puis il se lance dans la politique au sein du parti social-démocrate. L’année passée aux Etats-Unis est déterminante dans son engagement : il est très marqué par la ségrégation raciale et les inégalités sociales. Dès 1953, il dirige le secrétariat du chef du gouvernement Tage Erlander qui le nomme ministre en 1963 après son élection au Parlement en 1957. Olof Palme préside le parti social-démocrate de son pays de 1968 jusqu’à sa mort et est chef du gouvernement (ministre d’état) entre 1969 et 1976 et entre 1982 et 1986.

A la fois pragmatique et homme de conviction, Palme mène une politique internationale courageuse mais risquée, notamment contre la guerre du Viêt-Nam, l’apartheid et la prolifération des armes nucléaires. Il provoque la rupture des relations diplomatiques entre la Suède et les Etats-Unis pour avoir participé personnellement, en tant que ministre, à une manifestation d’opposants à la guerre du Viêt-Nam. Durant la crise des euromissiles, il prend fermement position contre le déploiement des missiles américains Pershing en Europe, ce qui le rapproche de l’Union Soviétique. Enfin, il ne manifeste jamais la moindre tolérance pour l’apartheid sud-africain et milite pour son abolition.

Il réalise des réformes ambitieuses sur le plan interne, tels l’introduction de la codécision des travailleurs et travailleuses dans les entreprises ainsi que les « fonds salariaux ». Ces fonds d’investissements collectifs alimentés par l’impôt sont destinés à racheter le capital des entreprises privées et permettre ainsi une sorte de socialisation en douceur de l’économie privée. Ils sont supprimés en 1991 et n’ont jamais été rétablis.

Olof_Palme_854843i

 

Olof Palme est mort assassiné le 28 février 1986 dans une rue de Stockholm alors qu’il rentrait à son domicile, sans escorte de protection comme à son habitude, après être allé au cinéma avec son épouse.

L’enquête officielle a conclu à la piste de l’assassin solitaire.

Plusieurs autres théories sont défendues : un complot monté par les services secrets sud-africains à cause de son opposition déterminée à l’apartheid, ou encore un complot monté par les protagonistes du contrat Bofors. L’entreprise Bofors avait remporté un marché avec le gouvernement indien pour la livraison de matériel d’artillerie, ce qui avait donné lieu aux versements de « commissions » à des hauts-fonctionnaires indiens. Olof Palme aurait voulu rendre le scandale public. Aucune preuve tangible ne permet d’étayer ces théories.

Il a été évoqué également la possibilité d’un complot émanant d’une faction d’extrême-droite de la police de Stockholm, la Ligue de base-ball, qui avait été scindée en 1983 avant d’être répartie dans les différents services de police de la capitale suédoise.

Une piste kurde a aussi été soulevée.

Depuis son assassinat, un prix portant son nom, le Prix Olof Palme, est décerné chaque année pour récompenser une œuvre humanitaire. La Fondation Internationale Olaf Palme a aussi vu le jour. ONG ayant des liens avec le mouvement syndical national, la fondation travaille pour le développement international, la coopération et la formation de l’opinion publique autour des questions politiques internationales et de sécurité. Ses mots d’ordre : démocratie, droits humains et résolution de la paix.

6 réflexions sur “Qui a tué Olof Palme ?

  1. coucou j’avoue que je n’ai pas lu…suis confuse mais honnête…tu me pardonnes?
    mais je passe te faire un gros bisous quand même
    et te souhaiter un bon samedi ensoleillé
    bisousss

  2. J’avait suivi à l’époque toute cette affaire par les médias et les revues
    Un homme courageux politiquement mais qui par ses convictions dérangeait beaucoup.
    Bon week-end Valérie
    Bisous

  3. Il est bien de s’occuper de services humanitaires mais comme on le voit ici, ce n’est pas toujours sans danger. Que vont devenir les chefs d’ état ou leur épouse qui s’occupent de ces services également ? Risquent-ils encore la même fin ?
    Bon week-end. Bisous. Guy.

    • O. Palme dérangeait par ses combats politiques, pas pour ses actions humanitaires. D’ailleurs, la fondation a été créée après sa mort. Non, il faut resituer dans le temps : années 70 et 80, la guerre froide. D’un côté, le monde occidental, de l’autre l’empire soviétique. Pendant le communisme, la Suède était entre 2 chaises comme la plupart des pays scandinaves.
      J’ai voulu faire ce billet parce que je me souviens de l’annonce de son assassinat mais je ne m’étais jamais intéressée au personnage.
      Bon week end Guy. Soleil magnifique.

Une bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s