Chanoyu

La cérémonie du thé au Japon

 

Au Japon, la cérémonie du thé est appelée « chanoyu », ce qui signifie « eau de thé » . Au sens large, on parle de « chaji » pour désigner la cérémonie du thé dans son ensemble, incluant un repas léger (kaiseki), un thé léger (usucha) et un thé fort (koicha). Cette cérémonie dure quatre heures en moyenne.

hebergeur image

Histoire associée au Chanoyu

Directement arrivés de Chine, c’est au VIe siècle que les premiers théiers furent introduits au Japon. S’il fut longtemps réservé aux classes les plus aisées, le thé était avant tout apprécié pour ses vertus médicinales. Il faudra attendre le XIIe siècle pour que cette boisson se répande dans l’ensemble des monastères zen sous l’impulsion du moine Eisai. Une nouvelle forme de thé (matcha), un thé vert en poudre, avait la vertu d’empêcher les moines de s’endormir lors des méditations.

Au cours du XIIIe siècle, les guerriers samouraï commencèrent à s’adonner à la préparation du thé matcha, première pierre à l’édifice de la cérémonie du thé.
Mais ce fut sous Toyotomi Hideyoshi (1536 – 1598) que la préparation du thé revêtit véritablement un aspect cérémonial.

Ce nouvel art, à proprement parler, commença à se répandre dans l’ensemble de la société au cours de l’ère Edo (1600 – 1868). Au sein de « chaya » (maisons de thé se trouvant à proximité des grands temples), la cérémonie du thé était alors considérée comme une pratique de transformation. Le concept « Wabi » (raffinement, sobriété et calme) était utilisé pour caractériser la cérémonie du thé par l’humilité, la contrainte, la simplicité, le naturalisme, la profondeur, l’imperfection et l’asymétrie qui mettaient en valeur la simplicité à travers des objets non-ornés, des espaces architecturaux et la célébration de la beauté que le temps et l’attention donnaient aux matériaux. Le « wabi » vint alors mettre un terme au luxe clinquant de certaines réunions de thé antérieures.

Au cours du XVIe siècle, la cérémonie fut durablement inscrite à tous les niveaux de la société japonaise. Sen no Rikyū fut sans doute la figure historique associée à la cérémonie du thé suite à l’introduction du concept de « ichi-go ichi-e », (« une fois, une rencontre »). Le « ichi-go ichi-e » est une croyance selon laquelle chaque rencontre devrait être considérée comme un trésor non renouvelable. Ce sont ses enseignements qui conduisirent au développement de nouvelles formes d’art, d’architecture et de jardin.

hebergeur image

Source

5 réflexions sur “Chanoyu

  1. Bonjour Valérie
    Toujours très intéressante tes bafouilles, je connaissais car j’ai eu l’occasion de suivre une conférence concernant ce sujet.
    Très bonne journée
    Bisous

  2. Intéressante, cette histoire sur le thé, méconnue en Europe, probablement dû à la distance qui nous séparait de la Chine et du Japon avant l’essor de l’aviation.
    Bonne fin de semaine. Bisous. Guy.

Une bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s